/page/2
nyagao:

Dots moving in triangular formation - Imgur

nyagao:

Dots moving in triangular formation - Imgur

(via kaz0303)

rollingstonemag:

Un nouvel article a été publié sur http://www.rollingstone.fr/gerontophilia-romantisme-pas-les-autres/Gerontophilia, un romantisme pas comme les autres*** 1/2
Pier-Gabriel Lajoie, Walter Borden, Katie Boland
Réalisé par Bruce LaBruce
Pape du porno gay indépendant (Hustler White, ou, plus récemment, L.A Zombie avec François Sagat), le Canadien Bruce LaBruce réalise cette fois un film sans contenu sexuellement explicite, au titre faussement provocateur. Lake, 18 ans, en couple avec une jeune féministe, découvre par hasard qu’il est excité par les corps des vieux messieurs. Embauché dans une maison de retraite, il tombe sous le charme de M. Peabody, 82 ans, avec qui il passe du fétichisme à la réelle histoire d’amour. Que reste-t-il du cinéma de Bruce LaBruce quand on lui retire ses éléments pornographiques ? Un romantisme assumé et une esthétique troublante, qui évoque un peu l’atmosphère des films de Gregg Araki. Gerontophilia s’impose donc comme un très beau film sur un amour très singulier. Oui, la gérontophilie est au cœur du récit, mais elle n’est jamais traitée comme un sujet scabreux. Au contraire, cette attirance pour les corps usés et ridés est abordée avec beaucoup de douceur, pour mieux interroger les normes pesant sur le désir. Le film révèle enfin le naturel de Pier-Gabriel Lajoie, qui, pour son tout premier rôle au cinéma, apporte l’innocence nécessaire au personnage de Lake, figure inédite (et vaguement ironique) de comédie romantique.
Mathilde Lorit

rollingstonemag:

Un nouvel article a été publié sur http://www.rollingstone.fr/gerontophilia-romantisme-pas-les-autres/

Gerontophilia, un romantisme pas comme les autres

*** 1/2

Pier-Gabriel Lajoie, Walter Borden, Katie Boland

Réalisé par Bruce LaBruce

Pape du porno gay indépendant (Hustler White, ou, plus récemment, L.A Zombie avec François Sagat), le Canadien Bruce LaBruce réalise cette fois un film sans contenu sexuellement explicite, au titre faussement provocateur. Lake, 18 ans, en couple avec une jeune féministe, découvre par hasard qu’il est excité par les corps des vieux messieurs. Embauché dans une maison de retraite, il tombe sous le charme de M. Peabody, 82 ans, avec qui il passe du fétichisme à la réelle histoire d’amour. Que reste-t-il du cinéma de Bruce LaBruce quand on lui retire ses éléments pornographiques ? Un romantisme assumé et une esthétique troublante, qui évoque un peu l’atmosphère des films de Gregg Araki. Gerontophilia s’impose donc comme un très beau film sur un amour très singulier. Oui, la gérontophilie est au cœur du récit, mais elle n’est jamais traitée comme un sujet scabreux. Au contraire, cette attirance pour les corps usés et ridés est abordée avec beaucoup de douceur, pour mieux interroger les normes pesant sur le désir. Le film révèle enfin le naturel de Pier-Gabriel Lajoie, qui, pour son tout premier rôle au cinéma, apporte l’innocence nécessaire au personnage de Lake, figure inédite (et vaguement ironique) de comédie romantique.

Mathilde Lorit

(via classexyz)

paddle8:

Gaston Ugalde, Flying Colors X, 2012
Throw caution to the wind and delve into our auction for Massachusetts College of Art and Design, you’ll be glad you did. 

paddle8:

Gaston Ugalde, Flying Colors X, 2012

Throw caution to the wind and delve into our auction for Massachusetts College of Art and Design, you’ll be glad you did. 

(via classexyz)

フィリピン人女性らしき人から
「モシモシ? シャチョサン??ニーナデース 電話デテネ」

「モシモシ? シャチョサン??電話デテー サミシヨー」

「シャチョサーン ニーナダヨー」

と片言の日本語で社長さんに訴えかける留守電がかなり入っていた
そしてある日ニーナからかかってきた電話に出た

自分「もしもし」

ニーナ「シャチョサン??ニーナダヨー」

自分「○○ですけど?間違えてません?」

ニーナ「すいません間違えました」


社長さんでないとわかったとたんニーナの日本語は片言でなくなっていた

nyagao:

Dots moving in triangular formation - Imgur

nyagao:

Dots moving in triangular formation - Imgur

(via kaz0303)

rollingstonemag:

Un nouvel article a été publié sur http://www.rollingstone.fr/gerontophilia-romantisme-pas-les-autres/Gerontophilia, un romantisme pas comme les autres*** 1/2
Pier-Gabriel Lajoie, Walter Borden, Katie Boland
Réalisé par Bruce LaBruce
Pape du porno gay indépendant (Hustler White, ou, plus récemment, L.A Zombie avec François Sagat), le Canadien Bruce LaBruce réalise cette fois un film sans contenu sexuellement explicite, au titre faussement provocateur. Lake, 18 ans, en couple avec une jeune féministe, découvre par hasard qu’il est excité par les corps des vieux messieurs. Embauché dans une maison de retraite, il tombe sous le charme de M. Peabody, 82 ans, avec qui il passe du fétichisme à la réelle histoire d’amour. Que reste-t-il du cinéma de Bruce LaBruce quand on lui retire ses éléments pornographiques ? Un romantisme assumé et une esthétique troublante, qui évoque un peu l’atmosphère des films de Gregg Araki. Gerontophilia s’impose donc comme un très beau film sur un amour très singulier. Oui, la gérontophilie est au cœur du récit, mais elle n’est jamais traitée comme un sujet scabreux. Au contraire, cette attirance pour les corps usés et ridés est abordée avec beaucoup de douceur, pour mieux interroger les normes pesant sur le désir. Le film révèle enfin le naturel de Pier-Gabriel Lajoie, qui, pour son tout premier rôle au cinéma, apporte l’innocence nécessaire au personnage de Lake, figure inédite (et vaguement ironique) de comédie romantique.
Mathilde Lorit

rollingstonemag:

Un nouvel article a été publié sur http://www.rollingstone.fr/gerontophilia-romantisme-pas-les-autres/

Gerontophilia, un romantisme pas comme les autres

*** 1/2

Pier-Gabriel Lajoie, Walter Borden, Katie Boland

Réalisé par Bruce LaBruce

Pape du porno gay indépendant (Hustler White, ou, plus récemment, L.A Zombie avec François Sagat), le Canadien Bruce LaBruce réalise cette fois un film sans contenu sexuellement explicite, au titre faussement provocateur. Lake, 18 ans, en couple avec une jeune féministe, découvre par hasard qu’il est excité par les corps des vieux messieurs. Embauché dans une maison de retraite, il tombe sous le charme de M. Peabody, 82 ans, avec qui il passe du fétichisme à la réelle histoire d’amour. Que reste-t-il du cinéma de Bruce LaBruce quand on lui retire ses éléments pornographiques ? Un romantisme assumé et une esthétique troublante, qui évoque un peu l’atmosphère des films de Gregg Araki. Gerontophilia s’impose donc comme un très beau film sur un amour très singulier. Oui, la gérontophilie est au cœur du récit, mais elle n’est jamais traitée comme un sujet scabreux. Au contraire, cette attirance pour les corps usés et ridés est abordée avec beaucoup de douceur, pour mieux interroger les normes pesant sur le désir. Le film révèle enfin le naturel de Pier-Gabriel Lajoie, qui, pour son tout premier rôle au cinéma, apporte l’innocence nécessaire au personnage de Lake, figure inédite (et vaguement ironique) de comédie romantique.

Mathilde Lorit

(via classexyz)

paddle8:

Gaston Ugalde, Flying Colors X, 2012
Throw caution to the wind and delve into our auction for Massachusetts College of Art and Design, you’ll be glad you did. 

paddle8:

Gaston Ugalde, Flying Colors X, 2012

Throw caution to the wind and delve into our auction for Massachusetts College of Art and Design, you’ll be glad you did. 

(via classexyz)

mercuryjones:

Cain blue

(via afterfives)

(Source: boyzland, via superpretty)

(Source: bastardsome, via love-for-boys)

(Source: xxxmale, via superpretty)

otterhunter:

Well gorgeous!

otterhunter:

Well gorgeous!

(Source: hellooo0nurse, via hothairychest)

(Source: generic-art, via bigcon)

フィリピン人女性らしき人から
「モシモシ? シャチョサン??ニーナデース 電話デテネ」

「モシモシ? シャチョサン??電話デテー サミシヨー」

「シャチョサーン ニーナダヨー」

と片言の日本語で社長さんに訴えかける留守電がかなり入っていた
そしてある日ニーナからかかってきた電話に出た

自分「もしもし」

ニーナ「シャチョサン??ニーナダヨー」

自分「○○ですけど?間違えてません?」

ニーナ「すいません間違えました」


社長さんでないとわかったとたんニーナの日本語は片言でなくなっていた

"

フィリピン人女性らしき人から
「モシモシ? シャチョサン??ニーナデース 電話デテネ」

「モシモシ? シャチョサン??電話デテー サミシヨー」

「シャチョサーン ニーナダヨー」

と片言の日本語で社長さんに訴えかける留守電がかなり入っていた
そしてある日ニーナからかかってきた電話に出た

自分「もしもし」

ニーナ「シャチョサン??ニーナダヨー」

自分「○○ですけど?間違えてません?」

ニーナ「すいません間違えました」


社長さんでないとわかったとたんニーナの日本語は片言でなくなっていた

"

About:

Following: